Etudes et recherche en Sciences Humaines, votre psychologue à Grenoble

pyschologue Grenoble

La galerie de portraits ci-jointe résume les influences des recherches que je mène depuis le début de ma formation. Ce qu’on appelle «psychologie» constitue un ensemble complexe dans le vaste champ des sciences humaines.

Pour approcher une compréhension plus objective de l’humain, je n’ai jamais cessé de m’intéresser aux autres modes d’approche de l’humain: linguistique, histoire, biologie, physiologie, psychiatrie, sociologie, ethnologie, éthologie, ... bref je me passionne pour l’anthropologie (science de l’homme).

C’est dans cette quête que j’ai rencontré Jean GAGNEPAIN et l’école de Rennes qu’il a créée. Avec l’enseignement de son modèle de la Théorie de la médiation, il m’a initié à l’épistémologie des sciences humaines.

Il n’est pas possible de résumer le modèle de la théorie de la médiation ici car il est très complexe (cf : Institut Jean GAGNEPAIN) mais je pourrais dire qu’il reprend les travaux de Saussure, Freud et Marx et s’appuie sur quatre notions qu’il développe : la négativité, la structure, l’implicite (l’inconscient) et la dialectique. Cette dernière notion est assez difficile à concevoir car la théorie de la médiation cherche précisément à sortir et à se séparer de la philosophie en décortiquant la DIALECTIQUE encore plus que MARX et l’envisage quatre fois. Là où MARX n’envisageait la dialectique que globalement au niveau de l’histoire, le modèle de la théorie de la médiation l’envisage 4 fois :

• au 1er plan pour le langage dans le cadre de la représentation qui constitue une modalité logique ;

• au 2d plan pour l’art dans le cadre de l’activité, qui constitue une modalité rationnelle technique ;

• au 3è plan pour l’histoire, le niveau qui nous intéresse, cela recoupe ce qu’en disait Marx, mais avec les précisions que je viens d’apporter en ne faisant pas de la sociologie ou de la psychologie voir de l’économie le modèle universel d’explication de l’homme. Il s’agit d’une dialectique ethnico-politique qui rend compte rationnellement de l’être au monde (de l’existence) ou de la dimension sociale du rapport à l’autre et à autrui ;

• au 4è plan pour le droit. Il ne s’agit plus de considérer la constitution de l’homme mais le VOULOIR (le désir) en parlant d’une autre modalité dialectique appelée éthico-morale.

C’est évidement les deux plans 3 et 4 qui m’intéressent spécifiquement et mes recherches sur les questions de «contraintes» visent à trouver chez l’homme un désir sans obligation ni contrainte...

Taille du texte :
A | A+ | A+